lundi 7 octobre 2013

C'est quoi être mère ?

Qu'est-ce qu'une mère ? 
Le dictionnaire dira probablement que c'est une femme qui a accouché d'un enfant, ou qui l'élève après l'avoir adopté. 
C'est la définition simple. 

Qu'est-ce que c'est se sentir mère ? 
Certains diront : c'est s'inquiéter pour ses enfants. 
Je n'aime pas cette vision des choses. Pourquoi en s'inquiétant on serait une vraie mère.
Pourquoi une "vraie mère" ne pourrait-elle pas avoir confiance en ses enfants, en la vie, en Dieu pour les protéger quand ils ne sont pas avec elle. 

Je dirais qu'être mère, c'est avant tout un don de soi. On donne de son temps, de son énergie, on donne son amour, on donne le meilleur de nous-même, on donne l'exemple, on donne une éducation, une direction. Pour moi c'est ça, être mère, c'est donner le meilleur, de tout son être. 



Le père aussi donne, bien sûr, et on pourrait dire qu'il donne la même chose : son énergie, son amour, le meilleur de lui, l'exemple, l'éducation, la direction. 

Ce qui différencie père et mère, je dirais c'est la façon de donner, une mère donne avec ses tripes, son instinct, sans réfléchir. Une mère a porté son enfant au creux d'elle, elle l'allaite, ce qu'elle donne, la façon dont elle donne, c'est physique, c'est charnel, c'est tangible. Je pense que quand on perd ses parents, on se rappelle les mots de son père, on se rappelle les gestes de sa mère. Cela veut tout dire. 


Etre mère aujourd'hui
Etre mère aujourd'hui, je pense que c'est pour beaucoup de femmes, un déchirement, un tour de force.
Pourquoi ? Parce que dans notre société occidentale, bien souvent, être seulement mère de famille, c'est dévalorisant. Dans notre société occidentale, on n'est respectable, épanouie, intéressante que si on gagne de l'argent ! Tout celui qu'on fait économiser à la famille, à la société, notre place qu'on laisserait à un chômeur qui pourrait lui aussi prendre soin de sa famille, tout ça, ça ne compte pas !
Tu es mère au foyer ? Tu n'es personne, invisible, sans intérêt. 

Donc les mères d'aujourd'hui, se doivent d'être des superwoman, menant de front carrière, rôle de mère, et maîtresse de maison. Enfin, on tolère quand même qu'elle engage une nounou quelques heures par semaines et une femme de ménage. 

Pour moi, les mères qui travaillent par nécessité financière (pas celles qui en ont besoin pour leur épanouissement personnel) ont juste gagné un esclavage supplémentaire. Avant elles géraient leur maison, leurs enfants, maintenant, elles doivent en plus ce coltiner un patron ! Bonjour l'indépendance, bonjour la liberté ! 

Et oui, parce que quand je dis que je trouve ça scandaleux que les mères soient obligées de travailler, on me taxe d'anti-féministe, on me dit qu'on ne vas pas retourner en arrière ! 
Tout ce que les femmes ont gagné en allant travailler, c'est le droit au divorce !
Je ne suis pas sûre que cela soit un réel progrès ! Faire tous ces sacrifices, se prendre tout ce stress, toute cette fatigue, cette culpabilité, tout cela pour avoir la possibilité de virer son mari si il ne nous rend plus parfaitement heureuse chaque jour que Dieu fait, et bien je trouve ça cher !

Oui il est bon qu'une femme maltraitée physiquement ou psychologiquement aie la possibilité matérielle de quitter son conjoint maltraitant.
Mais ne nous leurrons pas, la majorité des divorces d'aujourd'hui n'ont pas pour raison une quelconque maltraitance, simplement, "on ne se correspond plus", "on a plus les mêmes envies", "on ne sait plus ce qu'on fait ensemble". 

Bref, le droit des femmes à travailler, pour gagner de l'argent, pour pouvoir quitter leur conjoint, cela a élevé les exigences des gens vis à vis du mariage, de leur conjoint, mais pas vis à vis d'eux-même. Cela ne les a pas poussé à faire preuve de patience, à apprendre à mieux communiquer, à faire preuve d'empathie, à s'investir vraiment pour du long terme, à régler les conflits. 

Pour moi, être mère, c'est aussi penser au bien-être de ses enfants, avant de penser à son plaisir égoïste. Quand on est mère, qu'on a des enfants, et qu'on divorce pour une raison futile, on oublie le bien-être de ses enfants, et c'est dommage, car, même si en surface ils le prennent bien, après tout c'est ce que vivent bon nombre de leurs camarades et ils en tirent parti, au fond, aucun enfant n'aime voir ses parents séparés. 

Parce qu'au fond, un enfant a besoin de voir tous les jours qu'il est le fruit d'un amour qui se veut éternel, parce que cela fait chaud au cœur  parce que c'est rassurant, parce que ça fait rêver. 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire