vendredi 4 octobre 2013

Commençons par le début, le désir d'enfant


J'étais l'aînée, les bébés, je connais. Cela ne me fait pas peur, ne m'impressionne pas, j'aime bien m'en occuper de temps en temps et j'adore après pouvoir les rendre à leurs parents. Ainsi je reprends ma vie, assez libre et sans trop de contraintes. 

J'avais un tas de bonnes raisons très sensées pour ne pas avoir envie d'un bébé : 
- avec la crise, il vivra dans la pauvreté parce que impossible de trouver du boulot
- le monde est tellement violent, moche, sans espoir, 
- la planète est déjà surpeuplée
- il aura sûrement des problèmes de santé vu la dégradation de l'environnement et de la qualité de la nourriture
- ce monde est vraiment trop stressant, comment y être heureux ?
- pas envie de faire passer constamment les besoins d'autrui avant les miens.

Bref, des raisons assez cérébrales et objectives. 

Quand j'ai rencontré l'homme de ma vie, j'en étais toujours là, et il me faisait croire que lui aussi ... 

Et puis d'un coup, d'un seul, par une belle après-midi (ou matinée ?) d'automne (ou de printemps ?), j'ai vu un jeune papa dans mon quartier avec un enfant dans les bras. 

Je ne sais toujours pas ce qui s'est passé en moi, d'où est venu ce déclic ? Je sais que ce jour-là, j'ai su que je voulais un enfant à moi, que cela faisait désormais partie de mon projet de vie. 

Bien sûr chéri a dit que bien sûr, que lui non plus finalement n'imaginait pas sa vie sans enfants, mais tu avais dit que ... oui mais, on se connaissait à peine, qu'avais-je à gagner à te contredire ? 

J'ai eu un rendez-vous chez mon naturopathe, il m'a dit que si j'avais pas de raisons valables de continuer à prendre la pilule, c'était mieux d'arrêter, parce qu'après tout, c'est pas si bon pour la santé, mais "tu es le capitaine de ta vie hein, c'est toi qui sais !" 

Alors j'ai arrêté. Nous n'étions pas encore un couple à ce moment-là, nous faisions à peine connaissance. Plus tard, quand les choses sont devenues sérieuses, j'ai dit à Do, tu sais, je ne prends plus la pilule, il a dit, c'est bien ne la reprends pas, j'ai dit ok, mais t'assumes alors ? Il a dit bien évidemment. 

On a commencé à vivre notre vie, sans trop penser à tout ça, au gré de nos envies. 

Et puis un jour, j'ai eu le doute, je me suis dit que tiens, je serais peut-être bien enceinte ... et puis non, c'était juste un petit retard. 

Un peu plus tard, même doute, et le test s'est révélé positif, et ma première réaction ce fut : "non, c'est pas possible." Et puis j'ai pensé, "et bien si, et bien on va assumer." 


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire