vendredi 4 octobre 2013

L'allaitement


Je le dis tout de suite, je défends l'allaitement maternel avec fougue et conviction. Ceux que cela insupporte, peuvent passer leur chemin. 


Le comment du pourquoi.

Je suis croyante. Je crois que Dieu est amour et qu'il a créé la terre et l'espèce humaine. Je crois aussi que Dieu est très intelligent et que sa création est d'une ingéniosité sans pareil ! 
Depuis que je suis devenue mère, j'ai eu le sentiment d'avoir vécu un miracle. Oui, pour moi, le processus de la grossesse, de l'accouchement, et leur prolongement qu'est l'allaitement, c'est ni plus, ni moins : un miracle ! 

En dehors de toutes les solides justifications scientifiques qui démontrent la supériorité du lait maternel sur toutes les préparations pour nourrissons, je pense que si le lait maternel est si bon, c'est justement parce qu'il est un don Dieu, et Dieu donne toujours ce qu'il y a de meilleur et que l'humain ne parviendra jamais à imiter, au mieux, il inventera un pâle reflet, un ersatz !

Ce que la science a découvert.

Je ne vais pas reprendre ici toutes les découvertes concernant le lait maternel et ses nombreux bénéfices, pour cela on pourra voir avec la leche league ou d'autres spécialistes tout aussi compétents !

Ce que j'ai retenu moi, et qui m'a motivé dans les moments difficiles c'est que : 
- le lait maternel favorise les bonnes défenses immunitaires du bébé
- le lait maternel est facile à digérer pour l'enfant
- le lait maternel favorise le développement du cerveau
- le lait maternel s'adapte aux besoins de l'enfant, que ce soit sa croissance, ou sa maladie.

L'allaitement permet de créer un lien unique avec son enfant, car pendant les tétées, des hormones spécifiques sont fabriquées par la mère, hormones qui favorisent le bien-être et l'attachement. 

Les petits avantages supplémentaires

Quand on allaite, il suffit de garder son enfant avec soi, et pas besoin d'emporter partout des biberons, de l'eau, du lait en poudre, un chauffe-biberon !
C'est toujours prêt, à bonne température, rien à préparer. 
Pas de biberons à stériliser, pas de tétines à laver !
Pas de courses à faire en urgence parce qu'il n'y a plus de lait !
Moins de soucis digestifs, moins de maladies. 
La nuit, on plug le bébé sur le sein et on se rendort, c'est facile, c'est rapide, cela nuit moins au sommeil ! 

Les difficultés

Bon, quand même, je ne vais pas vous mentir ! Des difficultés, j'en ai connu aussi, surtout les crevasses et aussi une baisse de lactation due au stress !
Donc c'est vrai, pour allaiter, il faut de la volonté, de la détermination, il faut s'accrocher ! Il faut aussi être bien entourée, avoir du soutien, savoir à qui poser des questions quand ça ne roule pas tout seul. 
A toutes les difficultés, il y a des solutions, et pour peu qu'on persévère, on arrive à bout de tous les problèmes et il y a toujours un moment à partir duquel ça roule tout seul, c'est formidable !

Aujourd'hui, après 11 mois d'allaitement, le bilan est plus que positif. Et même en connaissant toutes les difficultés que j'ai rencontrées, je recommence sans aucune hésitation. 
Maintenant, les difficultés ne sont plus physiques entre moi et mon fils, elles sont plutôt dans le regard des gens ! Allaiter longtemps, en Europe, en Belgique, ce n'est pas encore très courant, ce n'est pas encore 'à la mode', tout le monde veut savoir quand cela va s'arrêter. Ou pire, on voudrait me pousser à arrêter, ou plus insidieux, on voudrait me faire douter de ma capacité à produire du lait ! 

Des obstacles durant l'allaitement, j'en ai connu, ceux-ci ne sont pas différents des autres : temporaires et au final insignifiants ! 
Oui j'aime allaiter, oui mon fils adore téter, non il n'est pas trop grand, et oui il continuera autant qu'il voudra ! 

Ne vous inquiétez pas, pour son entrée en primaire, il aura presque oublié qu'il tétait sa mère avec gourmandise ! 




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire