lundi 7 octobre 2013

Le jour où j'ai laissé mon fils à la crèche


Je m'étais toujours dit que le jour où j'aurais un enfant, j'arrêterais de travailler. 

La vie en a décidé autrement. Parce ce qu'on ne fait pas toujours comme on veut, mais comme on peux ! 

Après les 15 semaines du congé maternité, il m'a donc fallu me résoudre à confier mon petit à des étrangers, à mi-temps, le matin il restait avec son papa, l'après-midi, il irait en crèche. 


L'avantage est que la crèche est dans notre rue, et nous sommes en confiance. 

Ma sage-femme m'avait conseillé de faire un stock de lait maternel congelé au congélateur afin d'en apporter à la crèche petit à petit sans stress. De ses 3 mois à ses 7 mois, j'ai donc tiré mon lait pour l'apporter à la crèche et en laisser aussi à la maison pour boire avec papa. 

Ma journée était un vrai marathon, matin il tète, je prends mon petit dèj, je m'habille, je pars au travail, 12h15, je quitte le boulot, je prends le tram pour rentrer à la maison, il tète, je mange, si il dort quand j'arrive, je tire le lait, je l'emmène à la crèche, je repars au travail pour y être à 14h, 18h, papa va le chercher à la crèche, moi je quitte le boulot, on se retrouve à 18h30 à la maison. Et là, il tète toute la soirée, et plusieurs fois pendant la nuit. 

Nous avons tenu comme ça jusqu'à la fin des pauses d'allaitement, c'est à dire jusqu'à ses 9 mois. Après, je ne pouvais plus rentrer à midi, et j'en avais franchement marre du tire-lait, donc en mon absence, depuis ce jour il reçoit du lait artificiel, mais l'allaitement se poursuit avec bonheur quand je suis là!

Mon petit va donc à la crèche depuis ses 3 mois, et il a l'air de s'y plaire, c'est déjà ça. 

Pourtant, au fond de moi, cela reste un échec, une déchirure. Au fond de moi, je sais qu'il n'avait pas besoin de cela, il avait besoin de pouvoir rester avec sa maman. Et moi j'avais besoin de rester avec lui. Il est en bonne santé, il a bon caractère, il s'adapte à tout, tant mieux. Tout ce que j'espère, c'est pouvoir faire mieux, si nous avons un autre enfant un peu plus tard, et lui épargner la crèche. 

Pour ce petit poyon-ci, l'objectif maintenant c'est soi de lui trouver une école Montessori, soit de pouvoir suivre des formations Montessori afin de lui faire la classe à la maison. 

Ce sont mes nouveaux rêves ... et comme dit Do, les plus grands projets ont d'abord été des rêves ! 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire