jeudi 17 octobre 2013

Un rêve parmi d'autres

Il y a une chose que j'ai toujours voulu faire et que je ferai un jour, quand j'aurai assez vécu, c'est écrire un roman. 
Un bon roman, un qui mérite une publication, qui se lit agréablement, qui touche son lecteur, qui lui fait passer un bon moment, qui le fait sourire et qu'il porte en lui après l'avoir refermé. 
Pour cela, il me faut encore mûrir un peu, vivre un peu, réaliser d'autres rêves. 

C'est important d'avoir des rêves, et ce que je voudrais en tant que mère, c'est toujours encourager les rêves de mon fils, parce qu'à force de les méditer, de les mâcher, de les triturer, on pourrait finir par les réaliser !

C'est Do qui dit que : Les plus grands projets ont d'abord été des rêves. 

Et c'est Félicien Marceau qui dit que : Le bonheur c'est de savoir ce qu'on veut, et le vouloir passionnément ! Au moins, cela porte en avant !

Parce qu'il faut bien trouver de vraies raisons de se lever de bonne humeur chaque matin. 

Et je dois dire, que ces dernières années, pour moi, ça c'était très difficile ! Je ne m'épanouissais pas du tout dans mon boulot, mais voilà, j'avais peur du changement, peur d'un nouveau salaire moins confortable et surtout j'étais trop malheureuse pour trouver le courage de m'attaquer sérieusement à ce problème. 

Aujourd'hui, c'est différent, déjà je suis heureuse, ensuite on me pousse au changement, l'initiative ne vient pas de moi, et c'est mieux quelque part, parce que je n'ai pas le choix, je DOIS changer. Parce que même si je ne voulais pas, la vie s'en chargerait pour moi !

Ainsi je me sens tellement plus légère, soulagée, pleine d'entrain pour aborder cette nouvelle étape de ma vie !

Ne pas savoir où je serai dans 5 mois et demi, cela a finalement quelque chose de grisant, comme une nouvelle aventure, un départ vers l'inconnu ! 

Contrairement aux pessimistes, je crois que l'inconnu peut cacher quelque chose d'infiniment mieux que le connu d'aujourd'hui, qui me lasse et m'emprisonne. 

Et comme je le pensais déjà à 13 ans : Notre avenir nous appartient.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire