lundi 30 décembre 2013

Applaudir

Je ne sais plus quand était la première fois où mon fils a applaudi. 



J'ai beaucoup aimé ce moment, je l'apprécie toujours avec le temps, et surtout, quand il s'applaudit lui-même. Il prend petit à petit conscience de ses petites victoires, de ses progrès, et il voit quand on est content, alors il applaudit. 

Pour lui, pour le moment, les applaudissements, c'est plus une manière d'exprimer sa joie, son contentement. C'est agréable à voir !

Et j'espère qu'avec le temps, il continuera à s'applaudir. 

Car c'est important de célébrer ses succès, mêmes les plus infimes, les plus anodins, les plus imperceptibles. La joie, le bonheur, ce sont des états d'esprits, des petits gestes du quotidien. 

Bien sûr au cours d'une vie, il y a de grandes occasions, des jours spéciaux qui peuvent être particulièrement heureux. Et en même temps, la vie serait très morne et triste si on ne se réjouissait qu'aux grandes occasions, soit une trentaine de fois dans une vie, si on a de la chance. 

C'est une des choses importantes que nous souhaitons lui apprendre, qu'il faut se réjouir dès que c'est possible. Et qu'il vaut mieux rire de tout que d'en pleurer ... 

Même si les larmes soulagent et permettent d'évacuer de temps en temps, elles sont aussi nécessaires. 

La vie est comme on la prend, pour ma part, je préfère que la vie soit une fête. 




Dans le film le Comte de Monte-Cristo, à un moment donné, Edmond Dantès, joué par Gérard Depardieu, se lève de bonne heure pour aller affronter un rival en duel, il fait un petit déjeuner de roi, comme si c'était le dernier petit déjeuner de sa vie. Quand il revient en vie de son duel, il se dit qu'il faudrait toujours vivre ainsi, toujours vivre comme si il allait mourir l'instant d'après. 

Vivre comme si cet instant était le dernier, ça ne veut pas dire faire n'importe quoi en pensant échapper aux conséquences, cela veut dire, se débarrasser du superflu, des relations toxiques, des choses qui encombrent ... 

Cela veut dire faire un maximum pour être en paix avec Dieu, avec soi-même, avec les autres. Vivre la conscience tranquille, faisant constamment de son mieux, regrettant le moins de choses possibles. 

Avec le recul, je sais que cela en choquera certains, je dirais que je ne regrette même pas mes erreurs, car c'est d'elles que j'ai le plus appris, sur moi-même, et sur les autres !
Et oui, ce n'est pas quand tout va bien qu'on peut savoir qui sont vraiment ses amis, c'est plutôt quand tout va mal ! 

Apprends donc ceci mon fils : applaudis-toi dès que c'est possible, savoure tes succès, apprends de tes erreurs, essaye à chaque instant de faire de ton mieux et de rester en paix, avec Dieu, avec toi-même, avec les autres pour autant que cela dépende de toi ! 
Et les gens nuisibles, surtout fuis-les ! La vie est trop courte, et suffisamment difficile pour s'encombrer de tracasseries inutiles ! 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire