jeudi 18 décembre 2014

L'école, l'envers du décor


Ca y est, je suis passée de l'autre côté du décor !
Depuis presque deux mois, je travaille dans deux écoles fondamentales. Et je dois dire que je suis très agréablement surprise. Les enfants sont gentils, heureux d'apprendre, l'ambiance est bonne. Même si il s'agit de quartiers défavorisés et d'une majorité d'enfants qui n'entendent pas parler français à la maison, d'enfants à qui on n'offre pas de livres pour la plupart. En tant que bibliothécaire, j'ai donc un rôle crucial à jouer pour ce qui est de les contaminer avec le plaisir de lire !

C'est donc un défi très intéressant à relever. Car si ces enfants ne prennent pas goût à la lecture, le plus tôt possible, toutes les portes se fermeront devant eux. 
Bien sûr, dans le lot, il y a quelques dévoreurs de livres, quelques'uns qui parlent très bien et sont très vifs pour leur âge. Ce n'est pas la majorité. Beaucoup ont des difficultés d'apprentissage en tous genres, sans parler des problèmes familiaux et des difficultés économiques. Pour ces enfants, l'école doit être une chance, une passerelle pour une vie meilleure. 

Je ne m'attendais pas à faire partie d'équipes pédagogiques, mais c'est un honneur pour moi de travailler avec des passionnés, des enseignants enthousiastes qui continuent de se former, qui s'intéressent à Montessori, qui essayent toutes les approches à leur disposition pour aider leurs élèves en difficulté. 

Je lis des histoires à des petits qui ont 6 mois de plus que mon fils, et même si les instits qui les encadrent sont super, pour moi ces petits ne sont pas à leur place, ils sont encore trop petits, ont encore besoin de trop de calins, des contacts ... bref, même si l'école me semble bien moins dangereuse et délétère que ce que j'imaginais avant d'être dedans, elle n'est, pour moi, pas adaptée à des bout de chou de 2 ans et demi. Qu'on leur laisse le temps de grandir encore un peu ! Cela ne se passera que mieux ! 

Par rapport à l'aspect, vie familiale, ce changement de situation (du chômage à l'emploi) est aussi profitable. Mon fils tète moins, vu que je ne suis pas là de la journée, et en plus, une place en crèche communale nous est tombée du ciel quand on ne l'attendait plus, 2 ans et demi d'attente quand même !!! 

Il a donc un nouvel environnement pour 4 après-midi par semaine, il en semble très content. Je récolte comme inconvénient une bonne décharge (pleurs couché au sol) chaque soir (ou presque) après le retour de la crèche ... et il a chopé une rhino-pharyngite et laryngite alors qu'il n'avait plus été malade depuis un an ... c'est peut-être juste l'hiver ... on ne saura jamais ! Il a donc découvert les joies de l'aérosol ! Il n'en est pas friand. 

A côté de ça, à la crèche, ils nous ont bien fait comprendre qu'il ne pourrait pas y rester au delà de ses 3 ans, donc nous sommes en quête de "l'école" maternelle, celle qui lui conviendra au mieux, le poussera au maximum de ses possibilté en lui permettant d'épanouir pleinement son potentiel ! Et cela aussi c'est une fameuse responsabilité, car bien des choses se mettent déjà en place en maternelle, du moins si les institutrices les occupent avec autre chose que des poupées et des petites voitures ! 
Contrairement à ma situation quand j'étais enfant, nous avons l'embarras du choix en ce qui concerne les écoles, il y a plus de questions à se poser, plus de visites à faire ! Et puis, il y aura probablement ce que l'on souhaite et ce que l'on obtiendra ! 




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire