vendredi 10 juillet 2015

le DVD Etre et Devenir



J'avais commandé le DVD Etre et devenir, avant qu'il soit terminé, il s'agissait d'une souscription. 

Il a donc fallu longtemps avant que je le reçoive, pourtant mon intérêt ne s'est pas éteint avec le temps qui a passé, au contraire. 

Ce DVD raconte les rencontres qu'une femme a faites pendant sa grossesse et les premiers mois de la vie de son enfant. 

Elle a commencé à réfléchir au genre d'instruction qu'elle voulait pour lui, et au lieu de seulement lire des livres et regarder des reportages, elle est partie à la rencontre de gens qui avaient faits des choix de non scolarisation pour les leurs.

Elle a rencontré des familles aux modes de fonctionnement variés. D'une part, parce que chaque famille est unique, mais aussi parce que les contraintes sont différentes en fonction des pays. 

L'Angleterre, par exemple, a une culture plus ouverte vis à vis de l'instruction en famille, que la France où cela semble toujours assez marginal voir suspect. 

Ce DVD est donc une formidable aventure de rencontres. 

Pour ma part, les informations que j'ai davantage appréciées, sont celles des adultes qui ont grandi grâce à l'instruction en famille. 
De voir où ils étaient arrivés, en étant jamais allé à l'école traditionnelle, cela donne à rêver, cela alimente la réflexion. 

Ces adultes semblent être des gens très équilibrés et épanouis. Quand ils ont voulu apprendre quelque chose, y compris le solfège au conservatoire, leur grande motivation leur a permis de le faire facilement, car ils avaient un objectif précis et personnel à atteindre, sans aucune pression extérieure ! 

Il y avait aussi une femme qui a été recteur à l'université, et qui a choisi de ne pas scolariser ses propres enfants, elle a également constaté que les enfants non scolarisés qui arrivent au final à l'université sont plus avides d'apprendre, plus motivés et surtout plus créatifs que les autres étudiants. Par leurs questions, ils poussent les professeurs à sortir des sentiers battus. 

C'est Mandela qui disait que : 
« L’éducation est l’arme la plus puissante que vous puissiez utiliser pour changer le monde.  »

et Maria Montessori qui disait que : 
"« N’élevons pas nos enfants pour le monde d’aujourd’hui. Ce monde n’existera plus lorsqu’ils seront grands. Et rien ne nous permet de savoir quel monde sera le leur. Alors apprenons-leur à s’adapter »

Pour moi, ce sont les fondements d'une éducation réussie : parvenir à humaniser le monde affreux dans lequel nous vivons, ramener l'humain et la planète au centre des préoccupations, au détriment de l'argent qui règne en maître depuis environ 150 ans ! 
Et également, être capable de s'adapter, d'avancer, de continuer à explorer, à découvrir. 

Pour ceux qui en ont l'occasion, et qui se posent des questions sur l'instruction qu'ils souhaitent pour leurs enfants, ce DVD est vraiment riche d'enseignements. 

Et même si pour le moment, j'ai décidé d'envoyer mon fils à l'école, si il s'en plaint, si par malheur, cela se passe mal, il nous faudra trouver une alternative qui nous corresponde. 




2 commentaires:

  1. J'aime beaucoup cette citation de Mme Montessori, c'est un peu la page de garde de mon cahier journal à l'école, j'essaie de ne jamais l'oublier quand j'enseigne...
    Personnellement, je n'ai rien contre "l'éducation à la maison", même si j'avoue que si un parent d'élève venait me dire qu'il déscolarisait son enfant de ma classe, je le vivrais comme un échec...
    Ce qui me gène, c'est qu'on dise tout le temps que "ces enfants n'étaient pas fait pour l'école". Cela m'exaspère! Ca ne devrait pas être aux enfants d'être "faits pour l'école", mais bien à l'école d'être "faite" pour chaque enfant!
    Malheureusement, l'éducation nationale oublie trop souvent que chaque enfant est unique, et que si, au lieu de vouloir les faire tous rentrer dans des cases, on prenait en compte leur individualité, les choses iraient beaucoup mieux dans notre société...

    RépondreSupprimer
  2. A mon avis, quand un parent déscolarise, c'est parce que l'enfant vit mal l'école ... et ce n'est pas nécessairement la faute de l'instit ... tu as raison, l'école devrait s'adapter à chaque enfant. Pour ça, il faudrait des pédagogies différentiées et surtout des groupes bcp plus petits, 10 ou 12 maxi !!! Et pour moi, le vertical en mélangeant les âges est très intéressant aussi !

    RépondreSupprimer