dimanche 9 février 2014

Au coeur des émotions de l'enfant d'Isabelle Filliozat

Ce livre fut pour moi une révélation. Sa lecture a été assez difficile car il m'a beaucoup replongée dans ma propre enfance. Je peinais à mettre la distance nécessaire pour intégrer les principes à l'éducation que je veux donner. 

Ce que j'en ai gardé, c'est que les enfants vivent leurs émotions de façon souvent très intense, et cela a quelque chose de violent pour eux. Notre rôle est de les accompagner, de leur apprendre comment gérer leurs émotions, mais certainement pas de les réprimer ou de choisir pour eux celles qui sont "socialement acceptables" ou celles qui ne nous dérangent pas. 

Pour avoir cette capacité, il est indispensable d'avoir fait le point et pris la distance nécessaire avec sa propre enfance, sinon, ce que vit notre enfant va raisonner en nous de telle manière que nous ne distinguerons plus nos émotions des siennes, notre passé de son présent, et nous ne serons alors d'aucun secours pour lui, ce qui serait très dommage. 

Isabelle Filliozat vient en mai donner une conférence près d'ici, nous y sommes inscrits, j'ai hâte d'y être ! 

J'aime aussi beaucoup cette phrase de Filliozat qui dit que : les caprices, c'est tout ce que les parents ne comprennent pas. 

Je pense en effet qu'aucun enfant n'est "difficile" gratuitement. Mais c'est tellement plus simple de coller une étiquette comme ça vite fait que de se poser les bonnes questions (qui sont très bien décrites et expliquées dans le livre). 

L'autre aspect qui me semble primordial à comprendre, c'est que le regard qu'on porte sur l'enfant a un effet inducteur. Si un parent répète à longueur de journée à son enfant qu'il est comme ci ou comme ça, l'enfant va d'office finir par se conformer à cette image qu'on lui donne de lui, car naturellement l'enfant accorde une confiance aveugle et naïve à ses parents et à leur jugement : si il le dit, ça doit être vrai. C'est seulement plus tard qu'ils prennent conscience de nos erreurs, et même là, c'est parfois encore très difficile pour eux, même parfois devenus adultes, d'admettre les failles de leurs parents. 

Nous avons donc une grande responsabilité, la plus grande selon moi est d'être aussi exemplaire que possible. C'est la méthode d'enseignement la plus puissante et la plus durable. Donc occupons nous de nous même, soyons patients, calmes, respectueux, polis, bienveillants, empathiques et nul doute que nos enfants suivront nos traces, dans la paix et la bonne humeur ! 

2 commentaires:

  1. C'est le premier livre sur le sujet que j'ai lu (mais il faudrait que j'en fasse une re-lecture j'etais enceinte à l'époque et n'ai pas enregister tout) je l'ai vraiment trouvé très intéressant

    RépondreSupprimer
  2. Oui je l'ai lu aussi pendant la grossesse, et je lai relu ! Peut être le relirais-je encore ! Là j'ai commandé celui qui parle de réparer la relation avec nos propres parents, je l'attends avec impatience !

    RépondreSupprimer