jeudi 11 septembre 2014

La violence du conformisme

C'est à nouveau inspirée par Mitsiko Miller que j'écris cet article, voici ma source : http://familleharmonie.com/2013/11/24/etre-cygne-dans-un-monde-de-canards/




Bien des éducations sont centrées sur ce que les parents attendent de leurs enfants, et les attentes de beaucoup de parents sont grandement influencées par les attentes de la société en général vis à vis des enfants. 

Cette société qui voudraient que les enfants soient obéissants, polis, propres, sages, studieux, sportifs, ne pleurent jamais, ne crient jamais, ne font jamais de bruit, n'oublient jamais leurs affaires, ne sont jamais en colère ou agressifs, mais ne sont jamais non plus des victimes, ne se mêlent pas des conversations d'adultes, s'occupent de leurs cadets ... 

Bref, il y a bien des attentes autour de "l'enfant parfait". 

L'école telle qu'elle existe est aussi un incroyable outil de conformisme. On y rassemble les enfants par catégorie d'âge, donc ils doivent apprendre au même rythme. La même méthode, la même explication devrait convenir à tout le monde. 
Sans parler de la dictature de la cour de récré : il faut porter les mêmes vêtements, avoir le même cartable, le même lunch, aimer les mêmes jeux, les mêmes programmes télé ... avoir les mêmes derniers gadgets à la mode, et peut être même aller en vacance au même endroit ... sinon gare à toi, ta différence, on te la fera payer cher ! 
Car en termes de souffrance de l'enfance : le rejet arrive sur le podium ! 

Alors pour les parents qui refusent de laisser la société dicter leur mode d'éducation, comment faire ? 

A mon sens, nourrir la confiance en lui de l'enfant, ainsi que l'amour des différences qui sont en fait des richesses est fondamental. 
Un enfant qui a réellement confiance en lui, qui s'aime lui-même, qui a conscience de sa valeur et ne laisse pas autrui la déterminer pourra affirmer sa différence sans devenir le bouc émissaire de la cour de récré. Car l'assurance, la sérénité forcent le respect. Un enfant qui a une grande confiance en lui, en l'amour inconditionnel de ses parents, dégage à mon avis un certain charisme qui peut impressionner ceux qui voudraient jouer les petits durs en tournant sa différence en dérision. 
Un enfant qui respecte les autres pour ce qu'ils sont, sans jamais se moquer de leurs différences mais plutôt en les admirant a beaucoup de chance d'être respecté lui aussi. 

A mon avis, la plupart des enfants qui sont si mal à l'aise avec la différence le sont parce qu'ils ont peur du rejet, si ils se sentent acceptés tels qu'ils sont, cette peur disparaît. 

Nous avons un rôle encore plus actif à jouer pour favoriser chez nos enfants l'amour de la différence. Déjà, par notre exemple : qui sont nos amis ? Appartiennent-ils tous à la même culture ? la même religion ? le même pays ? le même milieu social ? Voyageons-nous avec eux ? Découvrons-nous ensemble des choses nouvelles et des lieux nouveaux qui nous mettront en contact avec des gens que nous ne pourrions pas rencontrer autrement ? 
Dans notre façon d'expliquer le monde à nos enfants, manions-nous la langue de la tolérance et de la compréhension ? Qui n'empêche d'ailleurs pas d'avoir des convictions fortes ! 

En nous autorisant déjà nous-même à être différents du "gentil petit CONsommateur", en choisissant vraiment notre vie, notre mode de vie, nous donnerons à nos enfants l'assurance que oui on peut être différent, et oui cela peut nous rendre très heureux ! 

2 commentaires:

  1. Bonjour
    Je te lis depuis MM depuis un moment - et je viens de cliquer sur le lien de ce blog ;)
    Je réponds juste par rapport à cet article : savoir s ouvrir aux autres est l'un des comportements les plus difficiles à acquérir ... car nous nous construisons essentiellement sur les autres (parents, frere soeur, amis etc...) en copiant ou rejetant certains comportements puis en mixant.
    Les adultes eux memes ont vite fait de critiquer et juger...
    Mais, en communiquant mieux, en ouvrant un espace où l autre peut exister... on constate souvent que cet autre finit aussi par ouvrir un espace où soi on peut exister ;)
    Petit partage d'une maman expatrié qui a beaucoup appris en partant loin

    (Aurore97200)

    RépondreSupprimer
  2. Merci pour ton commentaire. Je pense que s'ouvrir aux autres est naturel pour les enfants surtout si ils sont aimés inconditionnellement ... j'ai lu une phrase qui dit : l'amour est ce avec quoi nous sommes nés, la peur est ce que nous avons appris, tout le chemin consiste à désapprendre la peur pour réinstaurer l'amour. Pour moi, avoir peur de l'autre, de la différence, est un comportement appris et non inné, si les premières intéractions avec les autres ses passent bien ... les enfants sont parfois un peu réservé devant l'inconnu, mais ils n'ont pas peur ... Au plaisir de te lire !

    RépondreSupprimer