vendredi 12 septembre 2014

Tu honoreras ton père et ta mère

Je viens de commencer le livre d'Alice Miller intitulé : "Notre corps ne ment jamais". 

Je ne sais pas ce qu'elle a au fond d'elle contre la religion chrétienne, mais la façon dont elle démolit le 4ième commandement en titre de cet article est trop virulente et manque à ce point de bon sens, que forcément des sentiments et émotions fortes y sont mêlés.



Je cite en page 31 : "J'ai vu par hasard une émission de télévision consacrée à ce thème réunissant des autorités religieuses de diverses confessions. Toutes ont déclaré que l'on doit honorer ses parents quels que soient leurs agissements. On cultive ainsi la dépendance de l'enfant. Plus encore que quiconque, les croyants ignorent qu'adultes, ils peuvent se dégager de cette sujetion. Pourtant, à la lumière de nos connaissances actuelles, le 4e commandement recèle une contradiction interne. La morale peut certes nous prescrire ce que nous devrions faire et ce qui nous est interdit, mais non ce que nous devrions ressentir. "

A moins que nous n'ayons pas le même dictionnaire, pour moi, "honorer" est un verbe d'action et pas de sentiment. Donner de l'honneur à quelqu'un c'est lui montrer du respect, prendre en charge son bien-être, parler de lui en bien, avoir une conduite qui ne lui fait pas honte. 

Et selon moi, c'est ce qu'un enfant adulte devrait pouvoir manifester à ses parents. Il n'est pas question ici de continuer à les idéaliser en leur attribuant des mérites qu'ils n'ont pas ou en les remerciant pour les gifles et les insultes reçues, en niant le tort qu'ils nous ont causé, souvent par ignorance. 
Pour moi, tout être vivant (humain ou animal) a droit au respect peu importe ce qu'il fait. Le respect n'est pas l'affection ! Quant au fait de le prendre en charge, c'est ce qui est attendu d'en enfant adulte quand son parent n'est plus capable de le faire. Cela ne veut pas dire qu'on doit se dévouer à nos parents oubliant notre propre vie. On peut très bien les loger dans une institution spécialisée pour s'occuper d'eux. Cependant, si les parents n'en sont plus capables, les enfants devraient faire les démarches en ce sens, et être en contact avec l'institution pour régler les questions qui se posent au fur et à mesure. Si la relation avec les parents n'est pas toxique, on devrait leur rendre visite de temps en temps. 
Pour ce qui est de parler de lui en bien, la majorité des parents qui ont éduqué selon des principes éducatifs trop durs ne l'ont pas fait avec malveillance, ces gens ont aussi des qualités qu'on peut reconnaître et mettre en avant plutôt que de ressasser leurs défauts. Surtout que si on parvient à guérir de son enfance, les blessures auront cicatrisé. 
Pour le dernier point, "avoir une conduite qui ne leur fait pas honte", si un adulte doit avoir une bonne conduite, c'est avant tout pour son bien-être personnel. Un adulte qui a un métier qui lui plait, une vie de famille qui lui plait, qui est heureux, épanoui, équilibré honore ses parents par sa conduite. 

Alors qu'Alice Miller se rassure, les croyants adultes savent très bien qu'ils n'ont pas à vivre dans la sujetion à qui que ce soit. 

D'ailleurs dans son livre "je t'en veux, je t'aime" Isabelle Filliozat cite Maitre Eckart un savant chrétien, qui décrit les étapes vers la foi profonde, ce sont les mêmes étapes qui conduisent à une relation mature avec ses parents : dépendance, contre-dépendance, indépendance, interdépendance. 

Et pour répondre aussi à ce qu'elle écrit en page 32 : Dieu n'est évidemment pas avide de notre amour, il se suffit à lui-même, que nous l'aimions ou pas ne change rien à son bien-être personnel. 
Cependant, il est notre Créateur, et il nous a créé avec le besoin de croire et d'aimer, donc si il souhaite que nous l'aimions, c'est pour notre bien-être à nous. Et Dieu nous a également donné le libre arbitre. Il ne s'impose jamais dans nos vies. D'ailleurs, la Bible dit bien : Approchez-vous de Dieu et il s'approchera de vous. Ce qui démontre avec force et simplicité que c'est à nous de choisir de faire le premier pas ! 

Le seul amour de Dieu qui puisse combler une vie est un amour librement consenti, joyeux, authentique, basé sur la gratitude pour les actes de bonté de Dieu à notre égard. Il n'y a pas de devoir ou d'obligation là-dedans.  

Et pour terminer, elle balaye du revers de main le travail de "la majorité des thérapeutes actuels" parce que selon elle, ils ne travailleraient pas sur les émotions et auraient peur des parents de leurs patients car ils n'auraient pas guérit leur propre enfance. 
Il est évident qu'il y a des thérapeutes de ce genre, mais les considérer comme la majorité, à mon sens c'est inexact, il suffit de voir le succès des livres d'Isabelle Filliozat. Elle appartient à une tendance grandissante, elle n'est pas seule dans ce combat ! Il suffit de regarder la popularité croissante de techniques comme l'EMDR et surtout l'EFT (Emotional Freedom Technique) que je viens de découvrir. 
De plus en plus de gens s'intéressent aux émotions et trouvent des moyens de guérir les émotions refoulées ! La microkiné s'intéresse également à cet aspect des choses !

Il me semble qu'avoir autant travaillé sur la maltraitance des enfants a fait perdre à Alice Miller son optimisme et c'est bien dommage. 

Pour ma part, à voir fleurir les blogs de parents sur la parentalité positive, bienveillante, je suis convaincue que de plus en plus de gens veulent éduquer autrement et faire mieux que les générations précédentes. Je suis convaincue que les récentes découvertes sur le cerveau sont intégrées, communiquées au grand public et mises à profit. Je suis persuadée que bien des gens ont compris que nous avions les outils nécessaires pour rétablir la paix sur terre, et même si nous ne sommes encore qu'une minorité, le mouvement est en marche ! Certainement que dans 2 ou 3 générations, nos approches "révolutionnaires" seront devenues la norme ! 

Et ainsi les livres d'Alice Miller sur la maltraitance des enfants pourront se retrouver non plus sur les rayons des bibliothèques, mais dans les musées comme témoignages d'archives ! 


1 commentaire: